MAUVAISE REPUTATION

Mauvaise réputation – Plaidoyer pour les animaux mal aimés

Par Gilles Macagno – couleurs : Liselotte Macagno

Editions Delachaux et Niestlé

Sortie : mars 2022

ISBN : 978-2-603-02821-6

Il y a bien du monde dans la salle d’attente du zozologue, le Professeur Noyau ! Elle est remplie par ces animaux, mal-aimés, qui ont bien du mal à savoir pourquoi d’ailleurs.

A commencer par le loup. On en entend beaucoup parler en ce moment. Le loup est devenu l’ennemi public n° 1 pour beaucoup d’éleveur. Est-ce réellement justifié ? Ce livre a beau être une BD, elle apporte un certain nombre de chiffres vérifiables par soi-même en très grande majorité. De quoi se poser des questions sur le supposé fléau qu’apporte bien des animaux sauvages.

Avec beaucoup d’humour, l’auteur fait la lumière sur une vérité : la « régulation » des « nuisibles ». Bien que ce mot ne soit plus vraiment officiellement employé, il faut appeler un chat, un chat. L’auteur en profite pour tacler quelques groupes : les chasseurs qui, rappelons-le, sont les premiers écologistes de France (selon une célèbre propagande), l’Etat représenté par un ministre ne sachant pas vraiment de quoi il parle (tiens tiens). C’est aussi une manière de les mettre face à leurs propres contradictions d’une manière extrêmement habile.

Si le loup est l’une des espèces emblématiques des « nuisances » causées à l’homme, les espèces qui défile devant le Pr Noyau ne sont pas moins nombreuses : le tigre, l’ours polaire, les guêpes, les moustiques, les ragondins et enfin, les renards.

Toutes ces espèces ont un point en commun : l’impact anthropique. Plutôt que de se poser des questions sur sa responsabilité réelle (urbanisation galopante, réduction des espaces naturelles, appropriation des espaces), l’homme préfère rejeter la faute sur des espèces qui n’ont pas vraiment demandé quelque chose.

Mon avis : une superbe BD porteuse d’un message fort. Je vous en conseille la lecture bien entendu. J’ai aimé l’écriture décontractée de l’auteur pour traiter d’un sujet que je considère comme grave. L’homme y est mis en face de ses responsabilité et devant son inaction. Une très belle manière de réfléchir de notre impact sur la faune sauvage. Au final, devinez quelle espèce est réellement nuisible… L’Homme ? C’est très fortement possible…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s